Prêt immobilier : à quoi sert l’assurance emprunteur ?

Lorsque vous souscrivez un prêt immobilier, l’établissement prêteur vous demande généralement de fournir des garanties de remboursement du prêt. Celles-ci peuvent prendre la forme d’une assurance spécifique appelée « Assurance Des Emprunteurs » (ADE).

assurance emprunt immobilier

Même si ce n’est pas une obligation légale, la souscription d’une assurance emprunteur est souvent indispensable pour obtenir un crédit immobilier. Elle est destinée à garantir le paiement du capital restant dû si l’emprunteur ne peut plus faire face à ses échéances en raison de certains évènements.

Une garantie décès et invalidité

L’assurance emprunteur couvre plusieurs risques de la vie . Elle inclut systématiquement le décès et la perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA). Ces risques sont couverts jusqu’à un âge qui varie, selon les établissements prêteurs. Si l’emprunteur décède ou devient dépendant après cet âge limite, l’établissement financier n’est plus garanti.

L’assurance emprunteur peut également inclure l’Incapacité de Travail Temporaire (ITT) et l’Invalidité Permanente (IP). Les conditions permettant le déclenchement de ces garanties varient d’un contrat à l’autre. Certains couvrent toutes les inaptitudes au travail et indemnisent au premier jour d’invalidité, d’autres couvrent uniquement les inaptitudes totales et imposent une franchise (une période minimum non indemnisée).

Une garantie optionnelle perte d’emploi

La garantie perte d’emploi est souvent proposée à titre facultatif à l’emprunteur lorsqu’il est salarié en Contrat à Durée Indéterminée (CDI). Elle couvre le risque de perte involontaire d’emploi suite à un licenciement intervenu hors période d’essai. En revanche, la démission, la fin de CDD ou la mise en retraite ou préretraite ne sont pas couverts. Là encore, chaque assureur fixe ses conditions : délai de carence avant de pouvoir faire jouer la garantie, durée maximale d’indemnisation, âge limite de perte d’emploi…

Emprunteur et co-emprunteur

En cas de survenance d’un risque couvert par l’assurance emprunteur, l’assureur prendra en charge le remboursement de l’intégralité du capital restant dû à l’établissement prêteur, selon la quotité assurée définie. Il déduira préalablement l’éventuelle période de franchise ou de carence prévue dans le contrat. 

Si le prêt immobilier a été conclu par plusieurs personnes, l’assureur prendra aussi en charge le remboursement de la totalité du capital restant dû si tous les emprunteurs sont assurés à 100% contre le risque décès ou invalidité. En revanche, si chacun est couvert contre ces risques à hauteur d’une fraction de l’emprunt seulement, l’assureur ne remboursera que la part de l’assuré sinistré à hauteur de la quotité assurée.