Lorsque vous achetez un bien à deux, si vous ne souhaitez pas que votre assurance de prêt couvre 100% du capital emprunté pour chaque co-emprunteur, il peut être intéressant de souscrire un contrat de prévoyance en complément de votre assurance de prêt pour optimiser votre protection patrimoniale. Explications.

Une couverture minimale du montant emprunté exigée par les organismes prêteurs

Lorsque vous souscrivez une assurance de prêt, la banque vous demandera d'être couvert à minima à 100% du montant emprunté, quel que soit le nombre d'emprunteurs. Ce montant minimum de couverture exigé par la banque est appelé la quotité de l'assurance de prêt.

Sous réserve de respecter l'obligation de couverture à 100% du montant emprunté, chaque co-emprunteur peut choisir la quotité qu'il souhaite assurer. Si vous choisissez pour chaque emprunteur une quotité inférieure à 100%, en cas de survenance d'un sinistre, le prêt ne sera pris en charge qu'à hauteur de la quotité assurée pour le co-emprunteur concerné par le sinistre. Il est alors intéressant de coupler un contrat de prévoyance à votre assurance de prêt.

Vous souhaitez assurer votre prêt immobilier ? Avec Cardif Libertés Emprunteur, choisissez des garanties adaptées à votre profil et bénéficiez d'un tarif avantageux.
Cliquez ici pour obtenir une estimation de tarif, c'est simple, rapide et sans engagement.

L'option prévoyance : des garanties adaptées à vos besoins et ceux de votre famille

Un événement imprévu peut avoir des conséquences financières pour votre famille. L'option prévoyance est une des solutions pour y faire face. Il permet de vous couvrir, à titre privé ou professionnel, contre les aléas de la vie. Cette assurance vous aide donc à faire face à d'éventuelles difficultés liées à une hospitalisation, un accident, un décès ou encore une perte de revenus.

L'option prévoyance peut s'intégrer dans votre stratégie patrimoniale globale

L'option de prévoyance vous permet de choisir votre couverture et de la moduler pour préserver votre niveau de vie et celui de vos proches en cas d'arrêt de travail, d'invalidité ou de décès. Ainsi :

  • En cas de décès, vos bénéficiaires désignés perçoivent le montant du capital ou de la rente que vous avez choisi à l'adhésion.
  • En cas d'arrêt de travail, des indemnités journalières vous sont versées afin de compenser tout ou partie de votre perte de revenus.
  • En cas d'invalidité, vous bénéficiez, selon les cas, de prestations sous forme de capital ou de rente.

Dans le cadre de l'assurance emprunteur, en cas de décès ou perte totale et irréversible d'autonomie (PTIA) le capital sera versé non pas à l'assuré mais à l'établissement bancaire. L'option prévoyance souscrite en complément d'une assurance de prêt, permettra à l'assuré de désigner au moment de la souscription un tiers bénéficiaire (enfant, parent ou conjoint).

Bon à savoir

La mise en place de l'option de prévoyance engendre un coût qui dépendra du capital souscrit ou de la rente que vous souhaitez verser à vos proches en cas d'aléa de la vie.

Exemple :

Monsieur et Madame Dupont achètent un bien d'un montant de 450 000€ avec une quotité de 50% pour chacun des conjoints. Le couple vit en union libre. N'ayant pas d'enfant en commun, les ayants droit directs sont, pour Madame, sa fille qu'elle a eu d'une première union, et pour Monsieur ses parents.

En cas de décès de l'un des deux conjoints, si le montant du capital restant dû au jour du sinistre est de 300 000€, 150 000€ seront versés à la banque au titre de l'assurance emprunteur, le survivant aura à sa charge 50% du crédit (soit 150 000€). Avec l'option prévoyance, il percevra le montant du capital restant dû (150 000€) dont il pourra disposer à sa convenance.

    Monsieur Madame Bénéficiaire
Assurance Emprunteur (Décès/PTIA) Quotité 50% 50% Banque
Option Prévoyance (Décès/PTIA) Quotité 50% 50% Tiers désigné par l'assuré
    100% 100%  

A retenir

Selon la situation de l'assuré, il peut y avoir plusieurs avantages à souscrire à l'option prévoyance en complément d'une assurance de prêt :

  • Une tarification potentiellement plus faible que si les assurés souscrivaient une assurance emprunteur avec des quotités de 100% et 100% sur chaque tête.
  • Le choix du tiers bénéficiaire, ici ce n'est plus la banque mais une personne de votre choix désignée au contrat.
  • Le versement d'un capital ou d'une rente au tiers choisi par l'assuré.
  Je partage cet article