Les 5 idées reçues sur le changement d’assurance de prêt

Vous souhaitez changer l’assurance de votre prêt immobilier ou tout simplement souscrire l’assurance de prêt d’un autre organisme que votre banque ? Certaines idées reçues peuvent vous empêcher d’y voir clair. Voici les réponses à 5 idées reçues sur le changement d’assurance emprunteur.

Sommaire
1

Vous êtes obligé de prendre l’assurance de prêt proposée par votre banque

«Je dois prendre l’assurance auprès de la banque qui m’a accordé le crédit » est la première des idées reçues sur l’assurance de prêt. En réalité, depuis la loi Lagarde de 2010, si vous ne souhaitez pas souscrire à l’assurance de prêt proposée par votre banque (dite « assurance de groupe »), vous avez la possibilité de souscrire une assurance de prêt individuelle auprès de l’assureur de votre choix, c’est le principe de la délégation d’assurance.

Seule condition : que le niveau de garantie de votre contrat d’assurance de prêt soit au moins équivalent à celui proposé par votre banque. Cette équivalence des garanties s’apprécie sur la base de critères précis fixés par votre banque et portés à votre connaissance lors de la souscription du prêt dans la Fiche standardisée d’information (FSI).

2

Vous ne pouvez pas changer d’assurance emprunteur en cours de prêt

Là encore cette idée est fausse. Vous pouvez changer l’assurance de votre crédit immobilier en cours de prêt, c’est le principe de la substitution d’assurance.

Cette substitution peut se faire à tout moment au cours de la première année de la signature de votre prêt immobilier (loi Hamon de 2014) sous réserve d’en informer la banque au moins 15 jours avant l’échéance annuelle du contrat de prêt.

Depuis l’Amendement Bourquin de 2017, il est également possible de changer d’assurance de crédit au-delà de la première année à chaque date anniversaire de signature de votre prêt immobilier. Un délai de préavis de 2 mois avant l’échéance est à respecter pour informer la banque de votre volonté de changer l’assurance de votre crédit immobilier.

La condition reste la même : que le niveau de garantie de votre nouveau contrat d’assurance emprunteur soit au moins équivalent à celui souscrit auprès de votre banque.

3

Vous serez moins bien couvert si vous changez pour un contrat d’assurance emprunteur moins cher

« Si je résilie pour un contrat moins cher, je serai moins bien couvert » est une autre idée reçue répandue.

Elle est pourtant à nuancer puisque l’unique condition (hormis les délais à respecter dans le cas d’un changement d’assurance en cours de prêt) pour résilier une assurance de prêt et en souscrire une nouvelle, est que le niveau de garantie entre l’assurance de prêt actuelle et la nouvelle soit au moins équivalent.

Point d’attention

Vérifiez tout de même lors de votre recherche d’un nouveau contrat d’assurance emprunteur qu’il vous couvre aussi bien sur des aspects autre que les critères d’équivalence du niveau de garanti (exclusion de garanties, délai de carence, délai de franchise...).

Concrètement, au moment du changement d’assurance, la banque fournit vous fournira une fiche standardisée d’information (FSI) dans laquelle figure une liste de critères que le nouveau contrat devra obligatoirement remplir. Vous devrez ensuite en informer votre assureur pour qu’il vous fasse une offre adaptée avec niveau de garantie équivalent à celui de votre précédent contrat d’assurance.

Un contrat d’assurance emprunteur moins cher doit donc comporter au minimum les mêmes garanties que votre ancien contrat, et vous couvrir de façon au moins équivalente. Il est donc tout à fait possible d’obtenir un tarif plus avantageux pour une couverture au moins égale.

4

Seules les personnes jeunes et en bonne santé ont intérêt à changer d’assurance de crédit

Encore une fois, il s’agit d’une idée reçue. Changer d’assurance de crédit pour en souscrire une moins chère peut profiter à chaque profil d’emprunteur et pas seulement aux jeunes actifs en bonne santé

Chaque dossier est analysé au cas par cas et les seniors ou les personnes présentant des pathologies peuvent également avoir intérêt à profiter d’un changement d’assurance de prêt pour réaliser des économies et bénéficier d’une couverture mieux adaptée à leur situation.

La Convention AERAS pour s’assurer avec un risque aggravé de santé

La convention AERAS (s’Assurer et Emprunter avec un Risque Aggravé de Santé) est un dispositif qui comporte jusqu’à 3 niveaux d’analyse de votre demande d’assurance de prêt, sous certaines conditions. Pour en bénéficier automatiquement lors de votre demande d’assurance, il faut

  • Que l’emprunt global ne dépasse 320 000 €
  • Que vous soyez âgé de moins de 70 ans le jour de l’échéance de prêt.
5

En délégation, les tarifs de votre assurance peuvent augmenter en cours de contrat

Cette dernière idée reçue est battue en brèche par les conditions générales du contrat de la plupart des assureurs qui indiquent qu’en cas d’aggravation du risque de l’emprunteur, cette dernière n’est pas à déclarer. Les tarifs ne peuvent donc pas augmenter, c’est le principe de l’irrévocabilité du tarif.

Vérifiez bien dans le contrat d’assurance de prêt proposé qu’est présente l’irrévocabilité du tarif, cela peut-être important dans votre choix en fonction de votre situation.

A l’inverse, si l’emprunteur connaît une amélioration de sa situation (par exemple une amélioration de son état de santé), et que le risque qui lui est associé diminue, il a tout intérêt à le déclarer à son assureur qui pourra alors ajuster ses cotisations d’assurance à la baisse. Les tarifs ne peuvent donc évoluer qu’en faveur de l’emprunteur.

Ces informations vous ont-elles été utiles ?

  Je partage cet article

Pour votre devis d'assurance de prêt, contactez-nous au

0 800 05 56 56 Service & appel gratuits Du lundi au vendredi de 9h à 18h et le samedi de 10h à 14h.

C'est simple et sans engagement !