Assurer son prêt relais

Non obligatoire en principe, l’assurance de prêt reste pourtant, dans les faits, une condition nécessaire à l’obtention d’un prêt immobilier. Cela est également valable pour un prêt relais, même s’il est contracté pour une durée courte. En effet, durant la phase de remboursement du prêt, l’emprunteur peut connaître des difficultés. Il faut alors pouvoir les surmonter positivement.

assurer prêt relais

Le prêt relais pour passer d’un bien à l’autre

Un prêt relais est un crédit spécifique accordé par une banque à son client, propriétaire, pour qu’il puisse passer d’un bien immobilier à un autre sans délai et sans souci financier. Il achète tout de suite un nouveau bien, tout en prenant le temps de vendre celui qu’il détenait jusque-là.
Dans ce cadre, la banque avance les fonds nécessaires à l’achat. Elle garantit son prêt par la vente du premier bien, qui doit se produire dans le délai prévu par le prêt relais.
Lorsqu’un propriétaire vend son bien immobilier pour en acheter un autre, il peut y avoir un délai entre les deux opérations. Pour pouvoir financer son achat sans avoir à attendre les fonds de sa vente, il peut recourir à un prêt relais. Et lui aussi doit être couvert par une assurance emprunteur.
En attendant la vente, l’emprunteur ne doit rembourser que le coût du crédit relais, c’est-à-dire les intérêts et l’assurance.

Durée moyenne : moins de 2 ans

Le prêt relais est court : sa durée moyenne est inférieure à 2 ans. Et le montant sur lequel il est calculé ne représente le plus souvent que 50% à 80% du prix réel du bien à vendre. Pour la banque en effet, il s’agit de tenir compte du fait que, pris par le temps, le propriétaire sera peut-être obligé de vendre son bien à un prix inférieur à l’estimation initiale. Par ailleurs, s’il reste un crédit à rembourser pour l’achat du premier bien, le capital restant est déduit du montant du prêt relais.

L’assurance emprunteur du prêt relais : indispensable… aussi

L’assurance emprunteur d’un prêt relais est indispensable pour garantir à la banque qu’elle sera remboursée si l’emprunteur vient à faire défaut à la suite d’un accident ou d’une maladie.
La différence est dans l’étendue des garanties, allégée par rapport à l’assurance emprunteur d’un crédit immobilier classique. En effet comme le prêt relais est court, l’assurance emprunteur qui s’y attache ne couvre que le décès et la perte totale et irréversible d’autonomie (PTIA), c’est-à-dire les sinistres les plus difficiles à surmonter pour un emprunteur. L’incapacité de travail, une invalidité moins grave ou une perte d’emploi n’ont pas, a priori, un impact aussi important sur la capacité de l’emprunteur à assumer le remboursement de son prêt relais. Ces garanties sont donc optionnelles.

Les garanties obligatoires de l’assurance du prêt relais

Dans tous les contrats d’assurance d’un prêt relais, figurent obligatoirement la garantie décès et la garantie perte d’autonomie. La garantie décès couvre le décès de l’emprunteur, s’il fait suite à un accident ou une maladie. Un conseil : vérifiez le volet des exclusions pour connaître la liste des situations qui ne sont pas assurées (par exemple un accident lors de la pratique d’un sport/loisir à risques).
Quant à la garantie perte d’autonomie (PTIA), elle ne couvre que l’invalidité à 100% nécessitant la présence d'une tierce personne pour aider l’assuré dans l’accomplissement de 3 des 4 actes ordinaires de la vie courante (se laver, se nourrir, se déplacer, s’habiller). Les autres degrés d’invalidité ne sont pas couverts. Si l’assuré souhaite les inclure, il le peut moyennant une surprime.