Un investissement locatif quand on est déjà propriétaire, c’est possible !

Vous êtes propriétaire de votre résidence principale et envisagez de réaliser prochainement un investissement locatif. À quelles conditions pouvez-vous souscrire un nouvel emprunt alors que vous n’avez pas encore fini de rembourser le premier ?

placement immobilier locatif

Avoir un prêt immobilier en cours n’est pas, en soi, un frein pour poursuivre la constitution de votre patrimoine et envisager un placement immobilier locatif. En effet, l’établissement prêteur tiendra compte de la totalité de vos mensualités de remboursement (résidu d’emprunt sur la résidence principale et nouvel emprunt) et de votre apport financier, pour calculer votre capacité d’endettement. 

La règle tacite qui veut que le total de vos mensualités ne dépasse pas 33% de vos revenus annuels reste valable. Toutefois, pour un placement immobilier locatif, la plupart des établissements acceptent de faire preuve d’un peu de souplesse. Ainsi, pour l’achat d’une petite surface que vous n’aurez en principe aucun mal à louer dans un quartier dynamique, vous pouvez obtenir un financement avec un taux d’endettement de 35%, voire 36%

Le niveau exact de ce taux d’endettement dépendra : 

  • de la politique de la banque sollicitée,
  • de votre apport financier,
  • du montant et de la durée du prêt qu’il vous reste à rembourser,
  • de la nature de votre projet.

Quelques précautions que vous devez prendre

S’agissant d’un placement, vous devez porter une attention toute particulière aux caractéristiques du bien immobilier dans lequel vous projetez votre investissement locatif. Le dynamisme du marché est aussi un élément à prendre en compte (type de bien, ville, quartier, environnement…). 

Le montant du loyer que vous projetez de percevoir tous les mois est, bien évidemment, très important. Non seulement il vous permettra de payer une partie de vos mensualités de remboursement, mais la banque les prendra en compte dans l’appréciation de vos revenus. Pas en totalité, mais entre 50% et 70%, selon les établissements. 

Comme pour tout emprunt, vous devez souvent disposer d’un apport financier (10% du montant de votre emprunt environ) et être en mesure de justifier d’une épargne régulière. Ces économies témoignent de vos qualités de gestionnaire et vous protègent face à d’éventuels impayés de loyers ou de périodes sans locataires.