Les conséquences de la pratique d’un sport à risques sur votre assurance emprunteur

Vous allez souscrire un crédit immobilier et pratiquez un sport à risques ? Amateur ou professionnel de ce sport vous devez le déclarer à votre assureur. En effet, les garanties de votre Assurance Des Emprunteur (ADE) doivent être ajustées aux risques encourus.

assurance sports à risques

L’assurance emprunteur  a pour vocation  de couvrir l’assuré dans  l’éventualité d’un accident par exemple, notamment lors de la pratique d’un sport à risques. Si ses blessures et sa convalescence l’empêchent de reprendre son travail, l’emprunteur peut parfois rencontrer des difficultés pour rembourser son crédit. Dès lors, l’assurance emprunteur joue un rôle crucial.

Quels sont les sports à risques ?

Les sports à risques sont ceux pour lesquels l’éventualité d’avoir un accident est importante. Il s’agit, par exemple, de l’aéronautique, du parapente, de certains sports de neige et de montagne (escalade, alpinisme…), des sports auto et moto... À ces sports s’ajoutent l’équitation, le yachting, le motonautisme, le canyoning, la plongée sous-marine, la spéléologie, ainsi que les safaris de chasse.

Les compagnies d’assurance établissent généralement la liste des sports qu’elles considèrent comme étant des sports à risques.

Quel impact sur le coût de l’assurance ?

La pratique de l’un de ces sports présente un niveau accru de risques de chutes ou de chocs violents. Ces accidents peuvent parfois avoir des conséquences importantes : une incapacité de travail plus ou moins longue le temps d’une convalescence, une invalidité provisoire voire définitive et même le décès.

L’assurance se doit de tenir compte de ces paramètres et les compagnies y font face en augmentant, par exemple, le coût de la cotisation (surprime). Pour ces dernières, il s’agit d’être en mesure, à tout moment, de prendre en charge les mensualités en cas de survenance d’un risque, s’il se trouve dans l'impossibilité provisoire ou définitive de rembourser son crédit immobilier.

En cas de pratique occasionnelle, faut-il déclarer ?

Si vous ne pratiquez votre sport extrême que de manière très occasionnelle, il y a deux possibilités. Soit vous le déclarez à l’assureur et il renforce votre contrat pour couvrir vos risques lorsque vous en prenez. Soit vous laissez le contrat d’assurance emprunteur à son niveau standard, mais la pratique du sport à risques ne sera probablement pas couverte en cas d’accident.

Compte tenu des enjeux d’un crédit immobilier, la première possibilité  est recommandée, vous pourrez ainsi pratiquer votre sport à votre rythme et en toute sérénité.