Situations à risques: quels impacts sur votre assurance emprunteur ?

Certains métiers dangereux, sports à risques ou maladies peuvent conduire à des exclusions de garanties en ce qui concerne l'assurance emprunteur. Ces situations particulières peuvent également conduire à l'application d'une surprime. Décryptage.

situationsarisques.png

Métiers dangereux ou risqués : quelles sont les conséquences sur votre assurance de prêt ?

La liste des métiers considérés à risques est définie par chaque assureur. En règle générale, on retrouve dans cette liste les métiers :

  • Impliquant le maniement d'une arme à feu (militaires, policiers)
  • Liés au transport ou à la conduite (comptant plus de 15 000 km de déplacement par an)
  • Liés à la nature : mer (marins-pêcheurs, marine marchande), ciel (pilote de ligne), haute-montagne (moniteur de ski...)
  • Nécessitant la manipulation de substances dangereuses (professionnel du pétrole ou du gaz, professionnel spécialisé dans le nucléaire, chimiste, pharmacien, artificier...)
  • Exercés dans des milieux hostiles (forages, plongée sous-marine...)
  • Supposant une prise de risque élevée et n'appartenant pas aux catégories citées précédemment (pompiers, cascadeurs, reporters de guerre, journalistes et photographes sur des évènements sportifs...).

Pour ces professionnels, les dommages corporels peuvent engendrer une invalidité provisoire ou définitive, les empêchant d'exercer leur métier et les privant des revenus de leur travail. Ces spécificités peuvent alors justifier soit une majoration de prime (surprime) soit la souscription d'une assurance sur-mesure.

Sports à risques et assurance de prêt : des exclusions de garantie possibles selon les cas

Votre assureur peut considérer que la pratique d'un sport considéré comme risqué – dans un cadre privé ou professionnel – est génératrice de risques. Sont notamment concernés les sports extrêmes (parachutisme, escalade...) et les sports dont la pratique peut entraîner des comportements dangereux (ski hors-piste, course automobile...).

Deux conséquences sont alors possibles :

  • Soit la pratique de la discipline sportive concernée est autorisée sous certaines conditions, avec éventuellement l'application d'une surprime. Si vous pratiquez la voile, par exemple, il se peut que votre assureur vous couvre sauf en haute mer, parce que les conditions naturelles sont trop difficiles.
  • Soit votre assureur estime qu'il n'est pas en capacité de vous assurer compte tenu de l'ampleur et de la nature des risques encourus. Vous vous situez alors dans le cas du refus d'assurance (ou exclusion de garantie).

Santé mentale ou physique : quelles exclusions ? Quelles conditions d'indemnisation ?

Selon votre contrat, peuvent être exclues de la garantie les maladies non-objectivables (burn out, fatigue chronique, dépression...). Ces maladies comportent 2 caractéristiques majeures : un diagnostic non-objectif à 100% et l'origine incertaine du mal constaté. Les pathologies du dos et les suites ou conséquences d'une tentative de suicide ou d'une automutilation comptent également parmi les situations de santé conduisant à des exclusions de garantie.

Il est essentiel de prendre attentivement connaissance des conditions d'indemnisation. Ainsi, certains contrats prévoient le déclenchement des garanties seulement après une certaine durée d'hospitalisation.

Pour que la perte totale et irréversible d'autonomie (PTIA) soit constatée, il faut que l'assuré soit au jour du sinistre, reconnu inapte à tout travail à la suite d'une maladie ou d'un accident et définitivement incapable de se livrer à une activité susceptible de lui procurer salaire, gain ou profit, et dont son état de santé nécessite l'intervention d'une tierce personne pour accomplir au moins trois des quatre actes de la vie courante : se laver, se vêtir, se nourrir, se déplacer. Le calcul du taux d'invalidité permet de savoir à quelle hauteur l'assurance va intervenir (lire l'encadré).

 

Assurer mon prêt immobilier