L’impact d’un métier à risques sur votre assurance emprunteur

Lorsqu’un emprunteur exerce un métier comportant un niveau de risque élevé, un contrat d’assurance emprunteur "standard" ne suffit pas toujours à le couvrir correctement. Dès lors, une assurance emprunteur adaptée peut s’avérer nécessaire.

métiers à risques ade

Même si l’assurance des emprunteurs (ADE) n’est pas obligatoire, presque tous les établissements de crédits immobiliers demandent à leurs clients d’en souscrire une pour se prémunir d’une éventuelle incapacité de travailler, des risques de maladie ou d’accident. En général, les risques à couvrir sont le décès et l’invalidité provisoire ou définitive. Lorsque le métier de l’emprunteur s’avère dangereux, le niveau de couverture de l'assurance de prêt doit être renforcé.

Quels sont les métiers à risques ?

Les métiers à risques couvrent certains emplois publics, par exemple : les militaires, les policiers et les pompiers. D’autres, relèvent du secteur privé : les routiers, les marins pécheurs et de la marine marchande, les salariés des secteurs pétrolier, gazier et des produits dangereux… À ces métiers s’ajoutent les cascadeurs : aériens, motorisés ou de combats, avec animaux ou produits inflammables… Ces derniers peuvent travailler pour le cinéma, la télévision, la publicité, mais aussi dans le cadre de spectacles vivants.

Par ailleurs, certains journalistes, photographes et cameramen de presse peuvent également prendre des risques dans le cadre de leurs reportages. Cela peut arriver sur des théâtres de guerre ou de troubles socio-politiques, mais aussi lors de catastrophes naturelles ou d’évènements sportifs.

Les compagnies d’assurance établissent généralement la liste des métiers qu’elles considèrent comme étant des métiers à risque.

Des risques plus importants

Pour les personnes qui exercent un de ces métiers, les risques d’accidents ou de maladie sont évidemment beaucoup plus importants que pour toute autre activité. En effet, pour la plupart d’entre eux, les risques sont non seulement quotidiens, mais les dommages corporels peuvent engendrer une invalidité provisoire ou définitive, c'est-à-dire une perte de la capacité de travail, rendant l’assuré incapable de se procurer un revenu issu de son activité professionnelle.

Quel impact sur le coût de l’assurance ?

L’exercice de certaines professions augmente parfois les risques d’accident et de maladie. Les conséquences peuvent être préjudiciables pour votre capacité à rembourser votre crédit immobilier. Aussi, lorsque les risques sont plus élevés, l’assurance de prêt est établie sur-mesure. Il s’agit alors, pour l’assureur, d’adapter le niveau de protection des garanties invalidité et décès et cela passe par une majoration de prime (surprime).

Ma situation change, dois-je le déclarer ?

Tout changement de situation doit être déclaré à l’assureur lorsque cela est prévu dans le contrat. En effet, si votre changement de métier implique une diminution ou une disparition du risque, la surprime peut éventuellement être annulée (le contrat d’assurance n’a plus à être renforcé). Si, au contraire, les risques s’aggravent, le contrat doit être renforcé, par exemple en ajoutant de nouvelles garanties. Dès lors, le niveau de cotisation peut aussi être ajusté pour pouvoir maintenir un niveau d’indemnisation adapté. C’est pourquoi, l’assureur doit être tenu informé de toute évolution des risques. À défaut, le contrat ne pourrait prendre en charge le sinistre en raison de changement des habitudes de vie ou d’absence de déclaration.