Loi "Sapin 2" : Quelles incidences sur votre contrat d'assurance vie ?

La loi « Sapin » étend le domaine d’intervention du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) aux organismes d’assurance. Son objectif : protéger les clients, détenteurs de contrats d’assurance vie, des conséquences d’une crise financière majeure. Explications.

loi sapin 2 assurance vie

Une des dispositions de la loi « Sapin 2 »  vise à protéger votre épargne, comme par exemple votre assurance vie, en modernisant des mesures existantes dont l’application serait exceptionnelle et limitée dans le temps.

Le législateur est  parti du constat suivant : en cas de remontée significative et rapide des taux d’intérêt sur les marchés obligataires, il existe un risque réel de voir les détenteurs de contrats d’assurance vie retirer en masse les sommes placées sur leur contrat. Cette sortie massive des capitaux mettrait ainsi en péril la pérennité de certaines compagnies d’assurances et, par voie de conséquence, la sécurité patrimoniale de l’ensemble des souscripteurs.

Renforcement des pouvoirs du Haut Conseil de Stabilité Financière

La loi « Sapin 2 » étend ainsi le domaine d’intervention du Haut Conseil de Stabilité Financière (HCSF) afin de protéger les clients des organismes d'assurance des conséquences d'une crise financière globale et majeure.

En cas de menace grave et caractérisée de la situation financière d’un organisme du secteur de l’assurance (assureurs, réassureurs, mutuelles, institutions de prévoyance), le HCSF peut prendre les mesures conservatoires suivantes :

  • Limiter temporairement l’exercice de certaines opérations ou activités, y compris l’acceptation de primes ou versements ;
  • Restreindre temporairement la libre disposition de tout ou partie des actifs ;
  • Limiter temporairement, pour tout ou partie du portefeuille, le paiement des valeurs de rachat ;
  • Retarder ou limiter temporairement, pour tout ou partie du portefeuille, la faculté d’arbitrages ou le versement d’avances ;

Des mesures temporaires et limitées

Ces mesures sont temporaires, d’une durée de 3 mois renouvelable si les conditions qui justifient leur mise en place n’ont pas disparu. S’agissant des rachats, la limitation ne peut être renouvelée qu’une fois ; ils ne peuvent donc être limités durant plus de 6 mois consécutifs.