Pourquoi renégocier son prêt professionnel ?

Tout comme un particulier, un chef d'entreprise peut repenser et réaménager son prêt bancaire. Un levier pour diminuer le coût global du crédit et gagner en sérénité. Pour s'assurer de la rentabilité de l'opération, le taux du nouveau prêt et la durée de remboursement restante sont à examiner de près. On vous dit tout !

ade-renegocier-pret-professionnel.png

Pour faire des économies ou adapter le crédit à la réalité de l'entreprise, renégocier son prêt professionnel peut ouvrir de nombreuses perspectives.

Faire baisser le montant du remboursement d'un emprunt professionnel

En renégociant votre prêt professionnel, vous allez atteindre un double objectif :

  • Diminuer le coût global du crédit supporté par votre entreprise. Différentes pistes peuvent être explorées : baisse du taux crédit, allongement de la durée du crédit, report des échéances de remboursement. A noter que le rallongement de la durée du prêt et le report des échéances engendrent un coût supplémentaire.
  • Gagner en sérénité. Votre entreprise évolue dans un monde qui change. Votre carnet de commandes se remplit plus ou moins vite, les investissements varient au fil du temps, les besoins en financement de votre entreprise ne sont pas les mêmes selon les périodes. Renégocier un prêt professionnel peut permettre d'adapter les échéances de remboursement à la réalité de l'entreprise.

Renégocier un prêt professionnel : deux paramètres à prendre en compte

Renégocier un prêt professionnel peut occasionner des frais pour l'entreprise. Si vous remboursez prématurément votre ancien prêt, sachez que vous pouvez être amené à verser des indemnités de remboursement anticipé. Celles-ci sont plafonnées à 3 % du capital restant dû (1). A ces sommes peuvent s'ajouter des frais liés à la main levée et aux nouvelles garanties contractées, de même que des frais de dossier. Ces frais de dossier permettent de rémunérer la banque qui va devoir rouvrir le dossier de crédit, proposer un nouveau montage reposant sur plusieurs simulations de crédit et assurer un suivi jusqu'au réaménagement complet du prêt.

(1) Source : service-public.fr :https://www.service-public.fr/particuliers/vosdroits/F1669

Pour s'assurer de la rentabilité de l'opération, deux conditions doivent donc être réunies.

  • Le taux du nouveau prêt doit être inférieur à l'ancien.
  • La période de remboursement des intérêts doit encore être suffisamment longue. Si la durée du prêt est trop courte, les frais fixes liés à la renégociation (frais de dossier notamment) peuvent annuler le gain financier.

Des économies liées au changement d'assurance des emprunteurs

Depuis la loi Lagarde de 2010, l'emprunteur n'est plus obligé de souscrire le contrat groupe que lui propose la banque auprès de qui il a contracté son prêt et peut choisir son contrat d'assurance emprunteur auprès d'un autre assureur dans le cadre de la délégation d'assurance. Il est ainsi possible de profiter d'une renégociation pour optimiser également le coût global du financement de l'assurance.

Pour les biens à usage mixte, personnel et professionnel, l'emprunteur bénéficie également des dispositions de la loi Hamon de 2014 et de l'Amendement Bourquin de 2017 qui permettent de changer d'assurance de prêt, à condition que le nouveau contrat d'assurance comporte des garanties a minima équivalentes au contrat initial (critères CCSF).

 

Assurer mon prêt immobilier