Carrière "à trous" : quels sont les impacts sur ma retraite ?

Les personnes qui partent aujourd’hui en retraite ont parfois eu des carrières en pointillés. Parallèlement, les règles de départ à la retraite ont été plusieurs fois réformées. Au moment de la retraite, nous avons parfois du mal à nous y retrouver. Le point sur la manière de faire ses calculs pour ces carrières interrompues

combien trimestres retraite

Il n’est pas rare d’avoir connu une ou des périodes de chômage au cours de sa carrière. Il faut savoir que pour la retraite, 1 trimestre est validé pour chaque période de 50 jours de chômage, avec un maximum de 4 trimestres validés par an. Cependant, les périodes de chômage ne sont pas toutes prises en compte pour ce calcul de trimestres. 

Ainsi, les périodes antérieures au 1er janvier 1980 sont comptabilisées, qu’elles aient été indemnisées ou non. Les périodes postérieures au 1er janvier 1980 ne sont comptabilisées que si elles ont été l’objet d’indemnités, c'est-à-dire si l’Assedic de l’époque (Pôle emploi aujourd’hui) a bien versé des allocations chômage. Par ailleurs, des points « gratuits » sont également ajoutés à la retraite complémentaire. 

Les périodes de chômage non indemnisé depuis 1980

Il existe plusieurs exceptions à la règle appliquée au chômage non indemnisé. D’abord, la première période de chômage non indemnisé dans la carrière est validée pour la retraite, dans la limite annuelle de 6 trimestres depuis 2011 (4 trimestres auparavant).

Par ailleurs, si le salarié connaît d’autres périodes de chômage indemnisé et qu’elles se prolongent un temps par une période de chômage non indemnisé, celle-ci est également prise en compte. Néanmoins, ces périodes de chômage non indemnisé, validées pour la retraite, ne peuvent représenter qu’une année pour toute la carrière.

Pour les personnes de plus 55 ans ayant déjà cotisé 20 ans à la retraite, les périodes de chômage non indemnisé qui suivent une période de chômage indemnisé, peuvent représenter l’équivalent de 5 ans validés pour la retraite sur toute la carrière. 50 jours de chômage correspondant toujours à 1 trimestre de retraite.

60 jours d’arrêts maladie correspondent à 1 trimestre de retraite

60 jours d’arrêt maladie permettent de valider 1 trimestre de retraite, avec un maximum de 4 trimestres pas an. Cependant, pour cela ils doivent, eux aussi, avoir donné lieu au versement d’indemnités journalières par la caisse d’assurance maladie. Dans le cas contraire, ils ne sont pas comptabilisés.

Les congés maternité

Le congé maternité n’interrompt pas le compteur de trimestres de retraite. Tous les trimestres sont donc validés au même titre que des périodes de travail. De plus, pour chaque maternité, 8 trimestres de retraite sont accordés: 4 trimestres pour la mère au titre de la grossesse et de l’accouchement et 4 trimestres au titre de l’éducation. Ces 4 trimestres sont attribués, selon leur demande, à l’un ou à l’autre des parents. L’accord entre eux est à indiquer au plus tard dans les 6 mois suivant le 4e anniversaire de l’enfant. En cas de désaccord, la caisse de retraite fixera la répartition, en choisissant la plus avantageuse pour chaque parent. En cas de congé parental, 12 trimestres maximum peuvent être validés pour la retraite.