Les clefs pour calculer votre future retraite

Salaire annuel moyen, durée de cotisations, taux plein, décote… Plusieurs paramètres sont à prendre en compte pour calculer le montant de votre retraite de base.

pension retraite, calcul retraite

Plusieurs éléments vous aident à anticiper l'impact des événements de votre vie professionnelle (promotion, mutation, augmentation, changement d'activité...) sur votre future retraite. Pour les salariés du secteur privé (régime général de la Sécurité sociale) et les artisans, commerçants ou salariés agricoles (régimes alignés) le niveau de la retraite de base dépend de plusieurs choses.

Calcul du salaire annuel moyen

Si vous êtes salarié, la caisse de retraite retient les 25 années au cours desquelles vous avez perçu les rémunérations les plus élevées. Les salaires bruts correspondants sont pris en compte dans la limite du Plafond annuel de Sécurité sociale (Pass) en vigueur au cours des années concernées, puis revalorisés par un coefficient spécifique. En faisant la moyenne de ces 25 meilleures années, la caisse obtient le Salaire Annuel Moyen (SAM) qui sert de base au calcul de votre pension.

Certaines périodes ne sont pas prises en compte pour le calcul. Il s’agit de l'année du départ en retraite, des années composées uniquement de périodes non cotisées, des années où votre salaire n'a pas permis de valider au moins un trimestre et des années où vous avez racheté des trimestres.

Application du taux de liquidation

La caisse de retraite applique un taux à votre salaire ou revenu annuel moyen pour calculer vos droits à pension. Le taux maximum, appelé taux plein, est égal à 50%. Il est accordé aux cotisants qui ont atteint l'âge légal de la retraite (62 ans) et justifient de la durée d'assurance requise (166 à 172 trimestres selon votre date de naissance).

Il est envisageable d’en bénéficier si vous liquidez votre retraite à l’âge du taux plein automatique (67 ans), si vous remplissez les conditions pour bénéficier d'une retraite anticipée (carrière longue, carrière pénible, handicap...), ou si vous êtes reconnu inapte au travail entre l'âge légal de la retraite et l'âge du taux plein.

Si vous ne justifiez pas du nombre de trimestres requis pour votre génération, le taux de liquidation de votre retraite subit une décote par trimestre manquant (dans la limite de 20). La baisse peut s’effectuer jusqu'à un minimum de 37,5% (si vous êtes né à partir de 1953).

La retraite de base maximum est donc de 50% du Plafond annuel de Sécurité sociale en vigueur au cours de l'année de sa liquidation, sauf bénéfice d’une surcote ou d’une majoration.

Quelle durée d’assurance ?

Pour calculer votre durée d’assurance, la caisse de retraite retient non seulement vos périodes cotisées, mais aussi certaines périodes assimilées qui permettent de valider des trimestres pour la retraite (maternité, invalidité, chômage, service militaire …). Toutefois, si vous n’avez pas cotisé le nombre de trimestres requis pour votre génération, votre retraite, calculée à taux plein ou à taux partiel, est ensuite minorée en fonction des trimestres manquants.

Par exemple, si vous prenez votre retraite à l’âge légal et qu’il vous manque 8 trimestres (vous en avez validé 160 au lieu des 168 exigés pour votre génération), le taux de votre retraite sera réduit de 5% (0,625 x 8). Vous aurez droit à une retraite de base égale à 45% de votre salaire ou revenu annuel moyen. Le montant obtenu sera encore réduit d’un coefficient correspondant au rapport entre le nombre de trimestres obtenu (160) et celui exigé (168). Vous ne toucherez donc que 96,38% de vos droits.

La retraite de base est majorée de 10% si vous avez eu au moins 3 enfants. Il est également possible de bénéficier d’une majoration pour tierce personne si vous avez besoin d’une aide constante pour accomplir les actes de la vie quotidienne.