Sammanta Hagege, nous en dit plus sur son métier d’ingénieure patrimoniale

Sammanta Hagege, ingénieure patrimoniale chez BNP Paribas Cardif, décrypte la nature de son activité et ses différents domaines d’intervention.

Ce podcast est également disponible sur :

Spotify Apple Podcast Deezer Soundcloud Youtube

L’ingénierie patrimoniale est au cœur de l’activité d’un Conseiller en Gestion de Patrimoine (CGP). Dans un contexte en constantes évolutions juridique et fiscale, ces experts restent des acteurs incontournables pour accompagner les partenaires dans le développement de leur activité. C’est pour cette raison que BNP Paribas Cardif a développé un service dédié à l’ingénierie patrimoniale.

Sammanta Hagege, ingénieure patrimoniale, revient sur ses principales missions en soutien des partenaires : délivrer des études patrimoniales sur mesure, décrypter les lois, la jurisprudence et enfin assurer des formations à destination des partenaires.

L'intégralité du podcast de Sammanta Hagege est retranscrit ci-dessous :

[00:00:24] Gilbert Roux: Pour un conseiller en gestion de patrimoine, l'ingénierie patrimoniale est un des piliers de son activité, mais parfois, la complexité d'un dossier, les éléments juridiques ou fiscaux à prendre en compte pour réaliser une analyse pertinente nécessitent l’expertise et l'aide de véritables experts. Cardif l'a bien compris, et est à la pointe de cette expertise en ayant mis justement en place un service entièrement dédié à l'ingénierie patrimoniale. Alors pour en savoir plus sur ce service ingénierie patrimoniale j'ai le plaisir aujourd’hui de recevoir au micro de « L'info en plus », Sammanta Hagege. Elle est ingénieure patrimoniale chez BNP Paribas Cardif France et elle va nous en dire plus justement sur l’ingénierie patrimoniale. Bonjour Sammanta et merci d'avoir répondu à notre invitation.

[00:01:06] Sammanta Hagege: Bonjour et merci à vous de m'avoir invitée.

[00:01:08] Gilbert Roux: Sammanta, comment vous définiriez l'activité d'un ingénieur patrimonial et quels sont les domaines d'intervention qui sont les vôtres ?

[00:01:15] Sammanta Hagege: Notre cœur de métier, c''est évidemment les études patrimoniales. L'idée, c'est de rencontrer le client avec le CGP, de prendre toutes les informations pour délivrer un conseil juridique et fiscal adapté, sur mesure. Là, on intervient sur différents domaines. Cela peut être la réorganisation du patrimoine privé ou professionnel mais aussi la transmission (" Est-ce qu'on fait un Pacte Dutreil ? Est-ce qu'on place la trésorerie d'entreprise ? " ) Ça, c'est notre cœur de métier, l'ingénierie patrimoniale.

Après, les deux autres domaines d'activité, ce sont les flashs. On décrypte les lois (la loi Pacte, les lois de finances) mais aussi la jurisprudence. Tout ce qui est afférent à notre activité, on le décrypte dans une note avec des focus sur l'impact opérationnel. Enfin, on fait aussi des formations, toujours à destination des CGP. Les deux dernières semaines de janvier, on présente les lois de finances et après, au cours de l'année, on fait aussi des présentations sur la société civile, sur les contrats de capitalisation, le prélèvement à la source, la cession d'entreprise, l'entreprise individuelle, des thèmes que peuvent nous faire remonter les CGP ou des thèmes que nous on aura proposés.

[00:02:24] Gilbert Roux: Comment est diffusée cette information, notamment les flashs dont vous parliez ? Vous les adressez de quelle manière aux partenaires CGP ?

[00:02:30] Sammanta Hagege: C'est sur notre intranet à destination des CGP. Ils y ont accès. Nous, en interne, on diffuse aux commerciaux pour qu'ils aient aussi l'information. Et après pour les CGP c’est dans le cadre de l’intranet.

[00:02:42] Gilbert Roux: Il y a une fréquence, il y a une régularité dans ces flashs ?

[00:02:44] Sammanta Hagege: On essaye de faire ça tous les mois. Après, ça va dépendre de l'actualité. S'il y a une actualité riche, ça sera tous les mois, puis, s'il y a un peu moins, ça sera tous les deux mois.

[00:02:56] Gilbert Roux: Sammanta, vous l'avez évoqué, si on devait établir le portrait type d'un ingénieur patrimonial chez BNP Paribas Cardif, on pourrait dire que c'est vraiment un expert qui est pluridisciplinaire.

[00:03:05] Sammanta Hagege: Oui, tout à fait. On est vraiment pluridisciplinaires. Nous, on intervient dans les domaines de droit fiscal, droit des sociétés, les droits de donation et les droits de succession. En plus, on a chacun des expériences différentes. Certains viennent de la banque, d'autres de l'assurance. Moi, je viens d'un cabinet d'avocats en mobilité internationale. On a vraiment des expériences variées qui se complètent et on intervient aussi avec les professionnels sur les dossiers. On travaille avec les notaires, les avocats, les experts-comptables.

[00:03:31] Gilbert Roux: À la demande d'un conseiller en gestion de patrimoine, puisqu'on a bien compris que dans le process, c'est le CGP qui fait appel à vos services, donc vous l'accompagnez dans différents domaines. Si on prend un exemple type de votre activité, il y a quelque chose qui est très caractéristique et qui nécessite une vraie expertise, c'est la cession d'entreprise.

[00:03:52] Sammanta Hagege: Oui. C'est assez spécifique. Cela demande des connaissances très pointues, la cession d'entreprise. Nous, on intervient en amont de la cession, où là, on va faire une étude patrimoniale. On va voir comment optimiser cet impôt de plus-value. Est-ce qu'il faut changer le régime matrimonial du cédant ? Est-ce qu'il faut faire une holding de reprise ? Est-ce qu'il peut bénéficier d'un régime de faveur en matière de fiscalité ou de donation avant cession avec un Pacte Dutreil ou pas ? On va faire vraiment une étude patrimoniale. Ça, c'est en amont de la cession.

On intervient aussi pendant la cession, le jour du closing, où là, on va proposer une garantie financière de la garantie d'actif et de passif. Là, l'idée, c'est que le vendeur récupère un bout du prix de cession, le place sur un contrat d'assurance vie ou un contrat de capitalisation, et il va le déléguer au profit de l'acquéreur. C'est la délégation de créance. Là, l'objectif, c'est de proposer, pour le vendeur, une solution un peu clé en main, un bon rendement, une rentabilité qui est satisfaisante, mais avec aussi une enveloppe avec une fiscalité intéressante, pas de coût pour le vendeur. Pour l'acquéreur, lui, l'intérêt c'est de proposer une garantie équivalente aux garanties bancaires qu'il connaît bien. Ça, c'est au moment du closing. On intervient aussi après, « l'après-cession ». Quels sont les placements ? Où placer le fruit de la cession ? Toujours, dans un cadre fiscal avantageux pour percevoir des revenus complémentaires et commencer à transmettre au profit des héritiers. On intervient vraiment à ces trois étapes : en amont de la cession, pendant la cession et l'après-cession.

[00:06:05] Gilbert Roux: Je voudrais qu'on relève un point très important, Sammanta. Lorsqu'un de nos partenaires CGP fait appel à vos services, est-ce que cela a un coût ? Quelles sont les règles d'intervention ? Quelles sont aussi les limites qui sont les vôtres ?

[00:06:17] Sammanta Hagege: Les règles et les limites, déjà, notre prestation, elle n'est pas facturée. On va faire une étude patrimoniale sans facturation. L'idée, c'est de donner du conseil vraiment dans le cadre de la réglementation actuelle. Nos domaines d'intervention, c'est vraiment juridique et fiscal. On n'intervient pas du tout dans le domaine financier où ça, c'est vraiment la partie du CGP. Nos limites, c'est tout ce qui est financier, c'est pour le CGP. Nous, on intervient au niveau juridique et fiscal et notre prestation n'est pas facturée.

[00:06:45] Gilbert Roux: C'est donc une vraie relation tripartite qui se passe entre vous, le CGP et le chargé de partenariat régional qui accompagne son CGP dans les démarches vis-à-vis du client final ?

[00:06:54] Sammanta Hagege: Oui. Nous, on vient vraiment en support du CGP. Ce n'est pas nous l'interlocuteur du client. On vient en support. C'est le CGP qui reste le point d'entrée avec son client, c'est lui qui conserve la relation privilégiée. Nous, on vient vraiment en support. Quand on fait des études patrimoniales, le CGP a plusieurs options. Soit il fait le rendez-vous avec le client et nous, on prend les informations, on fait une étude patrimoniale et après, on la présente au CGP et au client ; soit c'est lui qui collecte les informations et nous, on fait l'étude et c'est lui qui présente l'étude à son client ; soit, dernière possibilité, il peut faire une étude patrimoniale, nous la soumettre pour qu'on confronte les avis et comme ça, il garde effectivement la main avec la relation avec son client. C'est vraiment au choix du CGP sachant que c'est toujours lui le contact, l'interlocuteur privilégié du client. Nous, ce n'est pas notre client. Notre partenaire, c'est le CGP.

[00:07:48] Gilbert Roux: C'est une relation qui apporte toute satisfaction au client final, on peut dire, puisqu'au lieu d'avoir un expert, il en a plusieurs finalement ?

[00:07:56] Sammanta Hagege: Exactement. Il a son CGP, qui va être l'expert financier et des fois aussi, expert en matière patrimoniale et nous, l'expertise juridique et fiscale.

[00:08:15] Gilbert Roux: Sammanta, nous arrivons déjà au terme de cet entretien. Pour conclure, avec toutes les évolutions juridiques, fiscales, les réglementations diverses et variées qu'on a vues tout au long de ces dernières années, est-ce que finalement les experts en ingénierie patrimoniale, comme vous, continueront à être des partenaires incontournables pour l'activité et pour le développement du business des CGP ?

[00:08:34] Sammanta Hagege: Effectivement, je pense qu'avec cette évolution et cette réglementation de plus en plus importante, on va rester des acteurs incontournables mais encore plus que par le passé.

[00:09:04] Gilbert Roux: Merci, Sammanta Hagege.

[00:09:06] Sammanta Hagege: Au revoir, merci.