Serge Werlé explique l'ingénierie financière chez BNP Paribas Cardif

Serge Werlé, Responsable de l'ingénierie financière chez BNP Paribas Cardif, décrypte pour nous le rôle, le fonctionnement et les avantages de la gestion d'actifs au sein de BNP Paribas Cardif

Ce podcast est également disponible sur :

Spotify Apple Podcast Deezer Soundcloud Youtube

Lorsqu'il s'agit d'une banque d'investissement, les salles des marchés regroupent plusieurs acteurs comme les structureurs, les vendeurs de solutions, les personnes qui sont chargées des risques etc...

BNP Paribas Cardif est utilisateur ou acheteur des solutions qui peuvent être proposées par les salles des marchés de banques d'investissement. Ainsi, le rôle de la salle des marchés de BNP Paribas Cardif, est la gestion des actifs de la compagnie. Cette structure regroupe des gestionnaires de portefeuille, des gérants d'actions, des gérants de taux, des gérants obligataires et des gérants spécialisés dans certains domaines, comme l'immobilier. S'ajoutent à cela, des équipes d'analyse de portefeuilles, des équipes IT, de middle office, des économistes ou encore la trésorerie qui informe des rentrées d'argent pour identifier les sommes à placer.

Avoir une salle des marchés, donc sa propre gestion en interne, constitue ainsi un atout indiscutable pour BNP Paribas Cardif. Par ailleurs, la salle des marchés concentre un certain nombre d'expertises, en matière de gestion d'actifs, d'allocation de portefeuille, d'investissement, et de vision sur les marchés. La salle des marchés est également en capacité à concevoir des solutions d'investissement adaptées.

Aujourd'hui BNP Paribas Cardif a pris la décision d'ouvrir la salle des marchés et de faire profiter les Conseillers en Gestion de Patrimoine et les courtiers de cette expertise, en proposant des solutions d'investissement nouvelles, comme le Private Equity ou encore des solutions en unités de compte qui puissent être des alternatives crédibles au fonds en euros.

En effet, le fonds en euros aujourd'hui a un rendement qui est un rendement sans risque, mais en baisse, et dans ce contexte, Serge Werlé est convaincu que BNP Paribas Cardif a la capacité, notamment dans la salle des marchés, de trouver des opportunités en unités de compte, en particulier à travers les produits structurés. Pendant de nombreuses années, les assurés ont investi massivement sur le fonds en euros (encours de 110 milliards), sans qu'ils soient habitués aux risques sur les marchés, ce qui rend peut-être encore plus difficile la transition vers les unités de compte.

En conclusion, l'activité principale de la salle des marchés, est d'abord de faire fructifier l'épargne des assurés de BNP Paribas Cardif, et aussi d'identifier et de concevoir des solutions d'investissement, notamment en unités de compte, qui soient adaptées pour les partenaires et les clients de BNP Paribas Cardif.

L'intégralité du podcast de Serge Werlé est retranscrit ci-dessous :

Présentateur : Bienvenue sur L'Info en Plus. Le podcast destiné aux conseillers en gestion de patrimoine et courtiers, partenaires de Cardif.

[00:00:00] Le Présentateur : C'est un lieu mythique où analystes et ingénieurs financiers parlent de pays émergents, d'allocations, de risques, de macroéconomie. Vous l'avez compris ce lieu, c'est la salle des marchés. Saviez-vous que BNP Paribas Cardif avait sa propre salle des marchés ? C'est dans cet univers un peu à part et assez méconnu que L'info en Plus vous invite aujourd'hui. Comment fonctionne cette salle des marchés ? Quel est son rôle ? Qui sont ses intervenants ? Quelles sont ses interactions dans le monde des conseillers en gestion de patrimoine ? C'est Serge Werlé, Responsable de l'ingénierie financière chez BNP Paribas Cardif, qui va répondre aujourd'hui à toutes ces questions. Bonjour Serge Werlé, merci d'avoir accepté notre invitation.

[00:00:47] Serge Werlé : Bonjour.

[00:00:48] Le Présentateur : Je le disais en introduction pour beaucoup d'entre nous une salle des marchés, c'est un peu un lieu mythique, un endroit qui nourrit quelques fantasmes alimentés par l'industrie cinématographique. Du coup comment est-elle cette salle des marchés chez BNP Paribas Cardif ?

[00:01:01] Serge Werlé : Je vous rassure la salle des marchés de BNP Paribas Cardif, ce n'est pas du tout la salle des marchés que vous pouvez trouver dans le loup de Wall Street, c'est très différent. Les salles de marchés que vous voyez au cinéma en général, ce sont des salles de marchés de banques d'investissement. Là on est dans une société d'assurance. Quand c'est une banque d'investissement, les salles des marchés vous avez plusieurs acteurs, vous avez des personnes qui sont chargées de concevoir des solutions d'investissement donc les structureurs, vous avez des personnes qui sont chargées de les vendre, vous avez des personnes qui sont chargées de passer des opérations sur les marchés, des personnes qui sont chargées des risques bien sûr. Cela donne un environnement, c'est vrai très dynamique, Cardif, nous sommes acheteurs de solutions, nous sommes principalement utilisateurs ou acheteurs des solutions qui peuvent être proposées par les salles des marchés de banques d'investissement. La question qu'on peut se poser c'est pourquoi y a-t-il une salle des marchés chez BNP Paribas Cardif ? Le rôle de la salle des marchés de BNP Paribas Cardif, c'est la gestion des actifs de la compagnie.

[00:02:42] Le Présentateur : Arrêtons-nous quelques instants sur l'organisation de cette salle des marchés, un front office qui regroupe des services qui appartiennent à différents segments de marché, mais quels sont les profils des personnes qui y travaillent et qui fait quoi finalement dans la salle des marchés de BNP Paribas Cardif ?

[00:02:54] Serge Werlé : Le métier cœur de la salle des marchés de BNP Paribas Cardif, c'est avant tout la gestion d'actifs. Donc nous avons des gestionnaires de portefeuilles qui gèrent les actifs de la compagnie. Donc si l'on prend le fonds général, par exemple, qui représente environ un peu plus de 110 milliards d'euros de l'encours sous-gestion, c'est beaucoup. Nous avons différents acteurs, donc nous avons des gérants actions bien-sûr, des gérants taux, donc des gérants obligataires. Ça c'est ce qui concerne l'essentiel de l'encours-sous-gestion. Et bien-sûr, nous avons des gérants spécialisés dans certains domaines. Nous avons des gérants qui sont par exemple spécialisés dans l'immobilier, c'est-à-dire que dans le fonds général de BNP Paribas Cardif, vous avez une poche constituée de supports immobiliers, donc des bureaux et des commerces. Ces personnes ont la charge d'investir dans les différents bureaux, gérer et évidemment céder en bout de chaîne, les bureaux et les commerces. Nous avons des personnes qui sont en charge de tout ce que l'on appelle le private equity ou les marchés privés. Donc ça veut dire quoi ? Les marchés privés, ça correspond à de l'investissement dans des sociétés qui ne sont pas cotées. Ce sont des marchés qui sont en général réservés à des professionnels, donc ça nécessite des capacités très particulières, et donc nous avons donc des gérants qui sont spécialisés dans ce type de classe d'actifs, les marchés privés. Nous avons également des gérants qui sont spécialisés dans tout ce qui est produit dérivé ou produit structuré. Ce sont notamment ces produits-là qui sont fabriqués, conçus, par les salles de marché des banques d'investissement. Donc au final, nous avons au sein de la salle des marchés, une dizaine de gestionnaires de portefeuilles qui vont venir gérer les actifs de BNP Paribas Cardif. A côté de ça, nous avons bien sûr d'autres équipes qui viennent en support. Nous avons par exemple la trésorerie. La trésorerie, quel est son rôle ? C'est d'informer régulièrement les équipes de gestion de portefeuilles, donc ces gestionnaires finalement des rentrées d'argent. C'est-à-dire qu'aujourd'hui, en fonction des primes d'assurances qui auront été récoltées par BNP Paribas Cardif, quelles sont les sommes à placer sur les marchés ? Ça c'est le rôle de la trésorerie. Nous avons des équipes d'analyse de portefeuilles, qui vont venir analyser la performance, expliquer la performance à posteriori de nos gérants. Nous avons bien sûr des économistes, vous connaissez Mathieu Mucherie notre chef économiste qui fait part de ses convictions et qui appuie les gérants dans leurs prises de décision. Ils donnent une vision globale des marchés. Nous avons des équipes IT. Nous avons des équipes de middle office bien sûr. Nous avons une équipe aussi d'ingénierie financière, donc l'ingénierie financière, son rôle est de concevoir des modèles financiers qui vont être utilisés notamment par les gestionnaires et il est aussi d'intervenir dans toute l'activité en unités de compte de BNP Paribas Cardif, donc on reviendra là-dessus je pense plus tard. Notamment proposer des solutions innovantes pour les réseaux de distribution. Au final, la salle des marchés de BNP Paribas Cardif c'est environ 120 personnes avec des profils qui sont très variés.

[00:06:50] Le Présentateur : Effectivement c'est assez important, c'est considérable 120 personnes au service d'un service comme celui-là. Ça veut dire que c'est important pour une entreprise comme BNP Paribas Cardif d'avoir sa propre salle des marchés ? C'est une forme d'autonomie ? Une forme de liberté d'action sur la gestion des fonds ?

[00:07:06] Serge Werlé : Je pense que c'est très important pour une entreprise, une société d'assurance comme BNP Paribas Cardif d'avoir sa propre salle des marchés. Pour moi c'est un atout indiscutable. D'autres compagnies elles, font le choix d'externaliser la gestion d'actifs notamment à travers des sociétés de gestion, donc elles vont mandater des sociétés de gestion externes pour gérer une partie plus ou moins importante de leur portefeuille. Ce n'est pas le choix de BNP Paribas Cardif. On peut se poser la question qu'est-ce que ça apporte ? C'est sûr que ça c'est un coût pour BNP Paribas Cardif mais, cela a je pense beaucoup d'avantages. Bien sûr, lorsqu'on évite comme ça, un intermédiaire on peut se dire qu'on prend les décisions plus rapidement, plus efficacement, que la communication se fait mieux entre les services. Ça c'est sûr mais pour moi, ce n'est pas le point principal. Pour moi le point principal d'avoir des gérants en interne, c'est que finalement, nos gérants sont avant tout des gérants d'assurance et c'est ça qui est je pense, important à dire. Gérer un fonds général chez BNP Paribas Cardif ce sont des milliards d'euros. On ne gère pas un fonds en euros de la même manière qu'on va gérer un fonds patrimonial dans une société de gestion. C'est très différent. Déjà les encours sont très différents. L'horizon de placement est très différent, nous avons un horizon de placement à long terme, les contraintes ne sont pas les mêmes, les règles comptables qui s'appliquent sont spécifiques à l'assurance. Bref, il y a tout un tas de raisons qui font que finalement, gérer un fonds en euros c'est très spécifique. Je pense que c'est un point positif pour BNP Paribas Cardif d'avoir effectivement sa propre gestion en interne, sa propre salle des marchés. Je pense que c'est un atout indiscutable.

[00:09:29] Le Présentateur : Serge Werlé, parmi toutes vos activités, il y en a une qui concerne plus particulièrement nos partenaires conseillers en gestion de patrimoine qui sont un petit peu les auditeurs de cet entretien. Il s'agit de la conception de support d'investissement. Est-ce que vous pouvez nous en dire plus là-dessus ?

[00:10:05] Serge Werlé : Oui. La salle des marchés concentre un certain nombre d'expertises. On l'a vu : des expertises en matière de gestion d'actifs, d'allocation de portefeuille, d'investissement, de vision sur les marchés et également, nous avons une capacité à concevoir effectivement des solutions d'investissement adaptées. Bien sûr, ces expertises initialement, elles sont principalement mises à la disposition de nos gestionnaires de portefeuille, de nos gérants. Ce sont eux qui, en premier lieu, exploitent, utilisent ces compétences, bien sûr. Mais aujourd'hui, nous avons pris la décision effectivement, d'ouvrir la salle des marchés et de faire profiter nos CGP et courtiers de cette expertise. Cela peut prendre plusieurs formes. La première forme, cela peut être effectivement, pour la salle des marchés de continuer à intervenir, et même d'intervenir plus souvent, notamment dans le cadre des séminaires qui sont organisés par Cardif, des séminaires où la salle des marchés va pouvoir effectivement parler de la gestion du fonds en euros, de la situation des marchés, des perspectives, d'échanger avec nos CGP, avec nos partenaires sur des idées d'investissement, ce genre de choses. C'est quelque chose que nous allons continuer de faire et que nous allons renforcer, c'est la première chose. La deuxième chose, comme vous l'avez dit, c'est la conception de solutions d'investissements. Nous avons au sein de la salle des marchés par nos activités des contacts effectivement, avec les principaux acteurs des marchés, donc ça va être les sociétés de gestion et les banques d'investissement justement, les salles de marché des banques d'investissement. Ce sont des acteurs qui vont venir proposer des solutions, donc de par de nos activités, nous sommes en contact avec ces équipes et nous sommes informés des dernières idées en matière de gestion, des dernières solutions, de ce qui peut marcher. Donc effectivement une piste c'est peut-être de venir proposer à nos CGP et courtiers, des solutions d'investissement nouvelles. Je vais prendre quelques exemples de réalisations ces derniers temps. Le private equity, donc les private markets, les marchés privés. Ce sont des marchés de niche. Les solutions en UC, en unités de compte sont encore un peu balbutiantes lorsque l'on est sur le private equity, mais il y a une demande du terrain d'aller explorer ces marchés. Par contre, l'équation n'est pas simple à résoudre. Ce sont des solutions qui sont encore à paramétrer, à ajuster je dirais. Enfin, dernier exemple, c'est tout ce qui concerne finalement les solutions d'alternative au fonds général. Vous le savez, aujourd'hui nous avons du terrain, des besoins qui nous remontent, de venir trouver des solutions en unités de compte qui puissent être des alternatives crédibles au fonds en euros. C'est un besoin important. Nous avons, la salle des marchés, identifié des solutions avec le réseau Cardif, je pense que c'est prometteur.

[00:15:22] Le Présentateur : Serge Werlé, cela me permet de rebondir sur la question qui me vient maintenant, est-ce que le marché tel qu'on le connaît aujourd'hui, vous l'avez évoqué, fonds en euros, unités de compte, est-ce que c'est un marché qui va profondément évoluer dans les années à venir ? J'entends par là que les rendements du fonds en euros, on le voit, baissent considérablement depuis plusieurs années. Vous parliez de solutions alternatives, justement à ce fonds en euros, comment voyez-vous en tant qu'ingénieur, en tant que spécialiste de ce marché, est-ce qu'il va y avoir des choses complètement différentes, est-ce qu'il va falloir qu'on s'habitue à d'autres façons d'investir en quelque sorte ?

[00:17:04] Serge Werlé : C'est vrai que ces dernières années, le fonds en euros a eu des rendements, qui sont en baisse, les investissements sur les marchés, notamment sur les obligations, rapportent de moins en moins, il est naturel que le taux servi du fonds général soit en baisse. Maintenant, il faut trouver des solutions à cela. La première d'entre elles, c'est effectivement les unités de comptes. Les unités de compte, nous devons trouver en unités de compte, des solutions qui soient viables, acceptables pour nos assurés, qui soient simples, compréhensibles, et dont les perspectives, l'espérance, si vous voulez, du rendement soit acceptable. La seule difficulté que l'on ait à cela, c'est qu'aujourd'hui le fonds en euros, quoi qu'on en dise, son rendement est finalement très bon par rapport à ce que l'on peut trouver en unités de compte. Pour certaines raisons, notre fonds en euros aujourd'hui a un rendement qui est un rendement sans risque. Dès lors que l'on va chercher sur les marchés en unités de compte, des solutions équivalentes, on aura des difficultés à trouver aussi bien, mais je suis convaincu d'une chose, c'est que nous avons la capacité notamment dans la salle des marchés de trouver des opportunités en unités de compte, notamment à travers les produits structurés. Ce sont des produits qui certes sont un peu plus compliqués, nous avons l'expertise, la capacité, dans la salle des marchés de venir identifier les opportunités et les bonnes choses. Il y a à mon avis, une transition qui est en train de se faire, le fonds en euros vous le savez est limité, il va falloir trouver des solutions en unités de compte et je suis persuadé, je pense que c'est une bonne chose puisque ça va forcer, si vous voulez, les différents acteurs que ce soit nos partenaires, mais bien sûr les assureurs, à identifier de meilleures solutions en unités de compte.

[00:19:14] Le Présentateur : Est-ce que c'est un peu la fin annoncée du fonds en euros ?

[00:19:19] Serge Werlé : Je ne pense pas, je n'espère pas. On peut dire que pendant de nombreuses années, nos assurés ont investi massivement sur le fonds en euros. Les encours de notre fonds en euros qui sont aujourd'hui de plus de 110 milliards d'euros ont doublé en quelques années, donc effectivement, les investissements sont importants sur le fonds en euros. Je dirais que l'on a habitué peut-être un peu trop nos assurés à ce rendement du fonds en euros, qui finalement est très bon par rapport aux risques pris. Cela n'habitue pas forcément nos assurés à ce qu'est le risque sur les marchés, ce qui rend peut-être encore plus difficile la transition vers les unités de compte. Je ne pense pas que le fonds en euros soit mort, il y aura toujours du fonds en euros, simplement, on peut difficilement imaginer que demain cela représente la majorité des investissements de nos assurés.

[00:20:25] Le Présentateur : Il est clair qu'on a bien compris lors de cet entretien ,Serge Werlé, qu'une salle des marchés c'est important. Celle de BNP Paribas Cardif a une vraie action auprès de nos partenaires conseillers en gestion patrimoine et évidemment de leurs clients, en conclusion de cet entretien puisque nous sommes arrivés au terme, comment définiriez-vous en une phrase en fait l'activité majeure et principale d'une salle des marchés ?

[00:20:47] Serge Werlé : Pour faire court, je dirais que l'activité principale de la salle des marchés, c'est d'abord de faire fructifier l'épargne de nos assurés, c'est sa première mission. Nous l'avons vu, une autre mission de la salle des marchés c'est aussi d'identifier et de concevoir des solutions d'investissement, notamment en unités de compte, qui soient adaptées pour nos partenaires et nos clients.

[00:21:18] Le Présentateur : Merci Serge Werlé.

[00:21:19] Serge Werlé : Merci.

Présentateur : Merci d'avoir écouté L'Info en Plus. Si vous avez aimé l'émission, n'hésitez pas à la partager avec votre réseau, à donner des étoiles. N'hésitez pas non plus, à nous faire part de vos remarques, de vos questions, mais aussi des sujets que vous aimeriez aborder sur L'Info en Plus. Vous pouvez nous retrouver sur LinkedIn et Twitter, sur les comptes Cardif France.