Epargne retraite : quels placements choisir ?

Plan d’épargne retraite populaire, assurance vie ou contrats « Madelin », le placement à privilégier pour préparer votre retraite dépend de votre situation financière, professionnelle et fiscale.

épargne retraite choix placements

Selon le Conseil d’orientation des retraites, à partir de 2020, vos pensions de retraite représenteront à peine plus de 40 % de votre dernier revenu d’activité. Pour compenser cette baisse, il est indispensable de vous constituer une épargne durant votre vie professionnelle, qui générera des revenus complémentaires le moment venu.

Le Perp est-il ouvert à tous ?

Oui. Le plan d’épargne retraite populaire est un produit d’épargne grand public. Vous pouvez en souscrire un que vous soyez actif ou inactif. Souple, il ne comporte aucune durée d’épargne minimum ni obligation annuelle de versements. Vous pouvez épargner à votre rythme, en fonction de vos capacités financières. Votre épargne valorisée vous ouvrira droit, à l’heure de la retraite, à un revenu supplémentaire qui s’ajoutera aux pensions versées par les régimes obligatoires. Ce placement n’est à envisager qu’en vue de préparer sa retraite car les sommes épargnées sont bloquées jusqu’à la retraite (sauf cas particulier tel qu’une invalidité, le décès du conjoint, la fin des droits au chômage, une situation de surendettement…).

Et les contrats-retraite « Madelin » ?

Non. Les contrats retraite « Madelin » sont réservés aux commerçants, artisans et industriels indépendants et aux professions libérales. Les exploitants agricoles bénéficient d’une variante avec le contrat retraite « Madelin Agricole ». Moins souples que le Perp, ils imposent de s’engager sur un montant minimum de versements annuels au moment de la souscription. En contrepartie, ils permettent de bénéficier d’avantages fiscaux plus généreux pendant la phase d’épargne.

Peut-on réduire ses impôts avec l’épargne retraite ?

Oui. Les pouvoirs publics souhaitent encourager le développement des retraites complémentaires par capitalisation. Ils offrent ainsi des avantages fiscaux aux contribuables qui souhaitent s’aménager une retraite plus importante. Vous pouvez déduire, dans certaines limites annuelles, vos versements effectués sur un Perp de votre revenu global imposable et ceux effectués sur un contrat Madelin de vos revenus professionnels. Vous réduisez ainsi votre impôt sur le revenu dans des proportions d’autant plus importantes que votre imposition est élevée.

Comment sera liquidée mon épargne retraite ?

A l’heure de la retraite, l’épargne accumulée sur votre Perp ou sur votre contrat « Madelin », augmentée des intérêts produits, sera liquidable sous forme de rente viagère. Vous percevrez ainsi un revenu complémentaire à vie, imposable comme une pension de retraite. Vous pourrez aussi demander la liquidation de votre Perp en capital à hauteur de 20 %, voire de 100 % si vous projetez d’acheter votre résidence principale et que vous n’êtes pas déjà propriétaire. Dans ce cas, les sommes versées sont imposables à l’impôt sur le revenu, vous pourrez à certaines conditions opter pour l’imposition forfaitaire du capital reçu, au taux réduit de 7,5 %, après application d’un abattement de 10 %.

L’assurance-vie est-elle un bon placement retraite ?

Si l’assurance-vie est souvent envisagée comme un outil de transmission patrimoniale, elle constitue également un excellent moyen de préparer sa retraite. L’épargne investie, augmentée des intérêts produits, est récupérable dans un cadre fiscal très avantageux au bout de 8 ans : les gains récupérés sont exonérés d’impôt à hauteur de 4 600 € par an (le double pour les couples mariés ou liés par un PACS soumis à imposition commune), cet abattement ne s’applique pas aux prélèvements sociaux. Au-delà d’un certain âge, le souscripteur peut demander la sortie en rente viagère à compter du quatrième anniversaire du contrat. La part excédentaire est taxable à 7,5 % ou à 12,8 % seulement. De plus, il est possible d’investir sur des supports variés : les fonds en euros, à rendement mesuré mais à capital garanti et les unités de comptes, plus risqués mais au rendement plus élevé.