L'hypertension artérielle (HTA) est une maladie presque toujours irréversible, chronique et sévère. On ne la sent pas, c'est pourquoi elle est dite silencieuse : il faut donc s'en prémunir en adoptant un mode de vie sain, sans oublier d'effectuer un contrôle chez son cardiologue.

L'HTA : qu'est-ce que c'est ?

L'hypertension artérielle (HTA), ou plutôt devrait-on dire l'hyperpression artérielle, se caractérise par une pression artérielle anormalement élevée sur de longues périodes, ce qui a pour conséquence le durcissement des artères et une insuffisance cardiaque.

L'HTA : un impact sur tout l'organisme

L'hypertension artérielle accentue les risques :

  • cardio-vasculaires : Infarctus du myocarde (IDM),
  • d'accident ischémique transitoire (AIT),
  • d'accident vasculaire cérébral (AVC),
  • de rupture d'anévrysme,
  • d'insuffisance rénale ophtalmologiques et ORL : glaucome, cécité, hypoacousie, surdité,
  • de dysfonctions érectiles,
  • d'éclampsie (crise convulsive) lors de la grossesse

Les facteurs déclenchants voire aggravants

La pression artérielle est directement liée à 5 éléments que l'on peut maîtriser par son mode de vie et ça, c'est une très bonne nouvelle ! Il s'agit du poids, de la consommation d'alcool, du sel (chlorure de sodium), du potassium (consommation de végétaux) et de l'activité sportive.

Plus le poids est élevé, plus la pression artérielle monte. Plus la consommation d'alcool est importante, plus la pression monte. Plus vous êtes sédentaire donc avec une moindre pratique de sport, plus la pression monte. Moins vous mangez de végétaux, donc avec un apport de potassium trop pauvre (les végétaux apportent peu de sel et beaucoup de potassium), plus la pression artérielle monte. Plus l'apport sodé est élevé, plus la pression monte.

Efforcez-vous ainsi de perdre du poids s'il est nécessaire d'en perdre, et d'organiser une pratique sportive et de marche régulières, de manger moins sucré et moins salé et d'oublier vos habituels apéros et verres de vin à table à tous les repas.

La solution préventive : le mode de vie sain

Ainsi, la prévention de l'apparition de l'HTA et/ou de la sévérité de cette pathologie très fréquente, passe par un mode de vie sain, sans tabac, avec une consommation modérée en alcool, et un régime méditerranéen/crétois très peu sucré, riche en fibres, en vitamines et avec peu de sel.

L'OMS recommande en effet un apport maximum en sel de 7 grammes par jour et en sucre de 25 grammes par jour (équivalents à 6 cuillères à café). Il était de 50 grammes jusqu'en 2014 et a été revu à la baisse depuis, du fait de l'épidémie d'obésité et de la croissance du diabète de type 2.

Des idées fooding à adopter au long court

Oubliez la salière en lui préférant le poivre qui est une épice, et les herbes (persil, ciboulette, coriandre, cerfeuil...) très riches en potassium pour agrémenter vos recettes.

Réduisez votre consommation de plats industriels où la nourriture y est transformée donc toujours plus riche en sel que des plats faits maison. Malgré tout, rien ne sert de culpabiliser si vous en êtes adepte. L'idée est d'y associer alors un fruit et quelques crudités tels que la carotte, le concombre, la tomate, l'avocat pour un apport de potassium et de fibres. Cela compense l'apport salé du plat industriel prêt à l'emploi.

Privilégiez le riz plutôt que les pâtes. Et oui, les pâtes ne se cultivent pas et ne sont donc pas végétales. Elles constituent un produit transformé et riche en sel. Alternative au riz, les légumineuses encore plus riches en potassium et en fibres. Les légumes restent votre allié santé dans tous les cas puisque, encore une fois, ils sont naturellement riches en fibres et en potassium. Les fruits ont les mêmes vertus. Attention toutefois aux amateurs de fruits car ceux-ci apportent également du sucre. Il est donc nécessaire de les manger au cours du repas afin de réduire l'absorption du sucre dans le sang et de limiter son impact négatif sur l'organisme.

Quant à l'alcool, son sucre est plus calorique que le sucre alimentaire et représente une véritable toxine pour le système cardio vasculaire.

La meilleure idée sportive est toujours la plus simple

Faire du sport n'est pas donné à tout le monde surtout si vous y êtes réfractaire. Seulement voilà, si vous n'en faites pas, vous n'optimisez pas votre capital santé et surtout vous le dégradez !

La pratique régulière d'une activité sportive s'impose ! Optez définitivement pour un concept qui fonctionne très bien : tous les jours, pratiquez 10 minutes de sport et n'en démordez plus, qu'il pleuve, qu'il vente ou qu'il neige. 5 minutes de cardio et 5 minutes de musculation feront l'affaire pour rester en forme et pour contrôler votre tension artérielle.

La médecine traditionnelle : une étape indispensable dans la prise en charge de l'HTA

Il existe des HTA liées à des causes hormonales (glandes surrénales, ménopause, thyroïde), métaboliques (diabète, stéatose), génétiques, cancéreuses. Faites un diagnostic pour adapter votre traitement médicamenteux à votre pathologie.

Prenez rendez-vous chez un cardiologue reste le « must » pour faire pratiquer un ECG (électro cardiogramme) et un holter tensionnel (prise de la tension artérielle sur 24 heures), seul examen valable pour conclure à une HTA, au vu des variations de tension des patients dans la journée.

Par ailleurs, le cardiologue prescrit en fonction des antécédents familiaux et personnels, un complément d'examen tel que l'épreuve d'effort (sur tapis ou sur vélo), l'échographie cardiaque, l'échographie des troncs supra-aortiques et membres inférieurs, le scanner des coronaires.

Enfin, le bilan sanguin avec un cholestérol HDL (High Density Level) élevé est un très bon biomarqueur de la protection cardiovasculaire, à l'opposé du cholestérol LDL (Low Density Level) élevé qui expose aux risques d'HTA, IDM, AIT et AVC. Il est possible d'augmenter sa quantité d'HDL grâce au sport : plus on en fait et plus le HDL s'élève et protège vos artères.

En conclusion : mode de vie sain et examen médical

L'hypertension artérielle est directement liée au mode de vie et peut être prévenue directement en tant que telle.

Moins de surpoids, moins d'alcool, moins de sucre, moins de sel, plus de végétaux et plus de sport associés à un suivi médical sont encore une fois les valeurs sures d'une santé optimisée. Pourquoi faire compliqué quand on peut faire simple...surtout pour sa santé !

Dr Alexandra DALU.

Facebook : Dr Alexandra Dalu
#dralexandradalu

Médecin Diplômée de la faculté Paris V René Descartes Hôpital Necker
Ancienne assistante spécialiste des Hôpitaux de Paris (urgentiste)
DIU Medecine morphologique et Anti âge Paris XIII
DIU Nutrition Necker Paris V
DU micro nutrition Dijon
DU trouble du comportement alimentaire Paris V
DIU Mésothérapie Paris VI
DIU Anglais Médical
Auteure des livres "Les 100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien" et "Vive l'alimentation cétogène"

  Je partage cet article