Quand la crise de nerfs est proche, que la boule au ventre se fait sentir, ou bien que les idées noires envahissent l’esprit, il faut décider de « ritualiser votre sérénité », et ce, avec des moyens très simples et surtout concrets. Voici quelques conseils pour vous adapter aux situations, même inédites, et vous aider à vivre au mieux une période de crise.

La discipline c’est la liberté

Quelle qu’en soit la cause de votre stress, il faut vous conforter à une discipline journalière d’activités en tout genre, ce qui contribue à réguler vos angoisses. Vous concentrer sur différentes actions et pensées organisées au cours de votre journée, permet de créer une échappatoire concrète au pessimisme. L’action planifiée devient alors un but à atteindre, une trajectoire à suivre, une route avec un champ infini de possibilités, un chemin de bataille pour se sentir plus libre et libéré de vos chaines anxiogènes.

Des habitudes de vie rythmées par des contraintes et activités … pour vous rassurer !

Il est démontré dans les études psycho-médicosociales que plus vous collez à des habitudes de vie rythmées par les contraintes socio-privées et professionnelles, plus vous vous sentez rassurés et en sécurité. Il existe de nombreux exemples que ce soit dans la vie de tous les jours de tout un chacun ou dans des domaines extrêmes réservés à certaines professions, ou encore dans le domaine de la recherche scientifique.

Les enfants qui ont des activités scolaires et extra scolaires qui se lèvent et se couchent à heures fixes sont plus calmes que les enfants dont le rythme est très fréquemment chamboulé.

De même que pour la personne âgée pour qui les habitudes bien rodées confèrent une forme de reconnaissance et assurance indéniablement nécessaire au bien-être. Sortir promener son chien, aller chercher son petit-fils/fille à l’école ou dans la même lignée, participer à un jeu, une balade, ou toute autre activité individuelle ou collective dans une maison de retraite font partie des exemples représentant cette donnée essentielle du rituel de sérénité. Il est d’ailleurs observé que le départ à la retraite d’une personne qui aimait son rythme de vie professionnel nécessite un temps d’adaptation pour éviter de sombrer dans le stress.

En outre, de nombreux professionnels exerçant des métiers à risque avec une charge mentale intense prennent l’habitude d’agir et paradoxalement de se détendre de façon méthodique pour gagner en efficacité immédiate et dans la durée. Les militaires, les astronautes, les pilotes de chasse, les sous-mariniers… ont des gestes précis, des habitudes de vie calculées à la seconde près afin de coordonner le travail d’équipe, mais également d’éviter que le stress ne les submerge.

Ordonnez votre to do list journalière

Que faire alors de ses pensées souvent dispersées qui ont pour conséquence une perte d’énergie qui se concrétise par une action contre-productive, voire une procrastination ou autre atermoiement ?

Il suffit de faire des semaines de « to do list » réalistes, en débutant par des petites « to do list » agréables à réaliser sur deux ou trois jours. Et recommencez à la même fréquence à les programmer sur un agenda sans aucune pression, à votre rythme et en vous félicitant de les avoir accomplies avec beaucoup d’enthousiasme.

Une to do list oui, mais cocooning!

Attention, Il faut toujours commencer ses to do list par des actions plaisantes pour prendre son élan dans ce projet de reprogrammation de sa vie et jamais par des contraintes. Rappelons en effet, que gérer votre stress passe par des actions bénéfiques à votre corps et à votre esprit. On ne remplace pas un problème par un autre problème ou pire, on ne crée pas un problème dans une situation déjà compliquée.

Cette « to do list anti-stress » n’est donc pas une to do list professionnelle et/ou d’ordre privé angoissante : elle est une « to do list cocooning » ! Elle est notre doudou réconfortant face à la peur et à la morosité.

Concrètement, il y a quoi dans la to do list cocooning ?

La liste d’exemples pour imager cette to do list ne peut être exhaustive tant les activités des uns et des autres diffèrent, en fonction du sexe, de l’âge, du tempérament, de la culture, ou encore du milieu socio professionnel.

Laissez-vous alors porter par votre imagination afin de happer les bonnes idées. Finalement surgissent en pagaille l’envie de plein de choses auxquelles vous avez pensé, sans avoir jamais eu de temps pour ça. Et là soudainement, vous avez enfin du temps à y consacrer. Oui c’est brutal, vous y êtes obligé, mais enfin vous le prenez !

Il y a plein de choses à faire à huis clos !

Dès lors que vous avez décidé de gagner du temps, regardez ce que vous avez chez vous, et ce dont vous aurez besoin pour agir. Vous pouvez commander et vous faire livrer certains éléments manquants à votre programme de confinement.

Allez, soufflez fort et respirez lentement ! Vous avez enfin le temps de dormir à heure fixe et de vous lever en forme à heure fixe aussi. Vous avez du temps à consacrer aux gens que vous aimez. Jouez avec vos enfants, les écouter, discuter avec votre famille, vos amis, vos collègues. Vous avez le temps de faire de la gym au sol, de la musculation, de la corde à sauter, du vélo d’appartement.

Laissez-vous aller à des soirées cinéma, Complétez votre album photos, lisez vos livres achetés mais jamais ouverts. Ecoutez de la musique tous les jours pour booster votre bonne humeur et tant qu’à faire bougez dessus !

Planifier des apéritifs ou des soirées en visio avec vos amis ou votre famille. Planifiez vos prochaines vacances.

Prenez le temps de méditer, de réfléchir ou de vraiment communiquer avec le monde en apprenant ou améliorant votre anglais (ou une autre langue).

Profitez-en pour faire la cuisine avec des mets équilibrés. Et si ça vous fait plaisir de pseudo travailler, classez vos dossiers, rangez votre maison ou votre appartement, votre grenier, votre cave, votre armoire à pharmacie, vos placards.

Nettoyez votre voiture, triez vos vêtements, votre linge de maison, jardinez. Recomposez votre design d’intérieur et aménagez votre balcon.

En conclusion, confiné, est-ce l’enfer ou le paradis ?

En l’occurrence, quand on doit rester confiné chez soi, on le vit dans un premier temps comme un enfer, puis la conjoncture oblige à s’organiser différemment, afin de gérer son espace intellectuel et physique en mode huis clos. Etre confiné est un moteur pour une gestion nouvelle de la vie afin de retrouver votre paradis perdu.

Cette hibernation civique, ce repli sur vous-même, permet de paradoxalement se recentrer sur le vital, et de vous ouvrir à l’essentiel, à la simplicité, au fonctionnel et-courtoisie oblige- à la vie en communauté. Pour ce faire, on l’aura compris, s’organiser un plan d’action journalier est le meilleur bouclier à l’ennui, à l’angoisse et à la déprime.

Car c’est indéniable, quelle que soit l’époque, le temps passe, et plutôt que de tuer le temps, on en gagne car il est notre pilier précieux. Comme l’écrivait Léonard de Vinci, « il n’est aucune chose qui aille plus vite que les années ». Ne perdons plus un moment pour rester sereins. Aujourd’hui confinés et demain plus libres que jamais.

Dr Alexandra DALU.

Facebook : Dr Alexandra Dalu
#dralexandradalu

Médecin Diplômée de la faculté Paris V René Descartes Hôpital Necker
Ancienne assistante spécialiste des Hôpitaux de Paris (urgentiste)
DIU Medecine morphologique et Anti âge Paris XIII
DIU Nutrition Necker Paris V
DU micro nutrition Dijon
DU trouble du comportement alimentaire Paris V
DIU Mésothérapie Paris VI
DIU Anglais Médical
Auteure des livres "Les 100 idées reçues qui vous empêchent d'aller bien" et "Vive l'alimentation cétogène"

  Je partage cet article